Skip to Content

SOPHROLOGIE et NATURISME

« Grâce au contact direct avec les éléments naturels et notamment celui de l'air avec la peau, le naturisme procure un bien-être indéniable. Mais surtout, l'esprit de tolérance induit par la pratique de la nudité collective rétablit les valeurs morales. Bien dans sa peau, le naturiste peut avoir des relations plus saines et plus authentiques. Le naturisme par les valeurs qu'il véhicule, répond à ceux qui mènent une recherche personnelle, en s'ouvrant aux problèmes sociaux. Le naturisme c'est être bien avec soi-même, pour être mieux avec les autres, dans une nature préservée et respectée. »

Fédération Française de Naturisme F.F.N.

Cette déclaration officielle de la Fédération Française de Naturisme ne peut pas laisser les sophrologues indifférents.

L’acceptation de son corps et de celui des autres, le contact avec l’environnement à travers les sens, l’harmonie entre ses valeurs et le mieux-être : n’y a-t-il pas dans cette perspective un lien évident avec la pratique de la sophrologie ?

Il y a maintenant plus de cinquante ans, qu’à titre personnel je découvris sur les bords de la mer Baltique les bienfaits de la nudité au milieu de la nature. Allongé sur une très longue plage quasi déserte, je vis arriver au lointain une frêle silhouette brune, dominée d’une tache blanche et lumineuse. Parvenue à ma hauteur, je découvris un homme âgé certainement de plus de 80 ans, le corps noueux et sec, légèrement voûté et s’appuyant sur une canne. Sa chevelure était d’un blanc éclatant sur son corps nu. Entièrement bronzé de la tête aux pieds, il paraissait flotter entre mer et ciel bleu.

Esthétiquement, il ne répondait pas aux critères de beauté en vigueur dans notre société, il n’avait rien d’un athlète, mais la nudité de son corps laissait irradier une beauté et un équilibre intérieur qui me fascinèrent.

A partir de ce jour, je décidai à chaque fois que cela serait possible, de me débarrasser de mes oripeaux et d’accepter mon corps tel qu’il est.

Au fil des années, les esprits évoluant, la nudité devint plus tolérée, en Allemagne et même France, premier pays à accueillir les touristes naturistes, au monde.

Trente ans après cette première rencontre avec le naturisme, mon parcours me mena vers la sophrologie. J’y retrouvais cette démarche de découverte et d’acceptation de soi et renforçai, ainsi ce que beaucoup d’entre nous recherchent : l’harmonie entre son être profond et son environnement social et naturel.

Au tout début de l’exercice de mon métier de sophrologue, j’avais naïvement pensé proposer, dans un village de vacances naturiste, des séances de gestion du stress à travers des exercices de sophrologie. Echec complet. J’aurais du m’en douter : les naturistes, dans leur grande majorité, n’étaient pas stressés et je ne recueillis aucune inscription.

 

Le naturisme et les autres

Sur le plan social, les relations entre les individus sont soumis à des codes et des règles que nous connaissons tous et qui dans de nombreuses situations nous contraignent à jouer des attitudes et des rôles qui ne nous ressemblent pas forcément. Nous acceptons ces exigences sociales, mais plus les années passent et plus ces distorsions entre notre  véritable nature et nos comportements simulés, créent un mal-être, générateur souvent de stress, de dépression et autres déséquilibres. La nudité modifie ces comportements artificiels et place les individus dans un rapport social axé sur l’authenticité et la clarté.

Quotidiennement nous croisons des gens qui se « déguisent », se camouflent et se dissimulent derrière des « looks » stéréotypés. Chaque classe sociale a son style d’habillement : un cadre sera traditionnellement en costume cravate, un étudiant en jean déchiré et tee shirt, etc.

Ces apparences tendent à dissimuler les véritables personnes, à placer un écran entre les êtres humains et à réduire l’authenticité et l’individualité de chacun.

Nu, il n’est plus possible de jouer un rôle ... on ne peut qu’être soi-même.

Nu, les hiérarchies sociales construites sur des valeurs périphériques s’estompent au profit des valeurs fondamentales des êtres.

Nu, les rapports se pacifient ... Comment être agressif lorsqu’on ne possède plus de protection vestimentaire ? (Il n’a jamais été signalé de querelles physiques au sein de la communauté des naturistes).

La nudité conduit à une certaine humilité, chacun redécouvrant sa vulnérabilité et comme la sophrologie, elle participe à l’harmonie entre les personnes.

C’est sur les plages naturistes que l’on rencontre le plus de gens handicapés ou mutilés car ils savent que c’est sur ces plages qu’ils seront le moins regardés ... et de manière générale, on sait que ce qui est caché attire plus le regard que ce qui est découvert.

 

Le naturisme et l’environnement

Elle participe également à l’harmonie des rapports de l’homme à l’environnement, la nature et les éléments naturels. Dès le début du 20ème siècle, les naturistes ont été les premiers écologistes !

L’écologie est en effet la science de l’équilibre et de l’harmonie de la nature et des différentes biosphères.

Prendre conscience du monde qui nous entoure : parfums, odeurs, images, couleurs, sensations tactiles, bruits, sons divers, à travers des sens dont l’acuité est en développement, voilà ce que la sophrologie apporte au sophronisant. N’y a-t-il pas plus pertinent que la pratique de la relaxation dynamique ?

Le naturiste est dans cette même démarche. Il offre la surface de son corps aux éléments qui l’entourent ... air, eau sable, feuillages, herbes, etc., tous ces contacts avec l’extérieur engendrent des sensations qui nourrissent la conscience et accroissent la lucidité que l’on a du monde. La peau qui est sur toute sa surface, l’organe du toucher, offre à cet effet de multiples capteurs, tant sur l’épiderme, le derme, très riche en terminaisons nerveuses et l’hypoderme.

Celui qui un jour a eu la chance de pouvoir se baigner nu, garde une sensation si forte, qu’elle s’inscrit dans son corps et le marque positivement toute sa vie.

 

Le naturisme et la connaissance de soi

Enfin, la nudité ou la sophrologie nous renseignent et nous apprennent sur notre propre corps. Notre schéma corporel s’actualise, nous découvrons à travers nos expériences, les véritables limites de notre corps telle que notre résistance aux intempéries (froid, chaud).

Nous découvrons également la véritable amplitude de nos gestes débarrassés des freins que les vêtements imposent.

Chacun de nous possède un espace qui lui est dédié. La nudité comme la sophrologie nous font prendre conscience de cet espace. C’est le travail que fait le sophrologue en relaxation dynamique : accroître la lucidité que l’on a de son propre corps.

Se connaître ne consiste pas seulement à étiqueter notre personnalité en classant nos comportements dans des cases pré-établies : pessimiste – insatisfait – orgueilleux – irritable – parano - etc.. La connaissance de soi c’est aussi et avant tout la connaissance de son corps et de ses capacités. Le mental et l’intellect ne sont que les « locataires » du corps.


Naturisme et sophrologie

Ainsi, à travers ces quelques comparaisons, nous apercevons de façon évidente que le naturiste pratique la sophrologie sans le savoir et que la sophrologie conduit naturellement à mieux accepter son corps tel qu’il est, sans chercher à le dissimuler.

J’ai personnellement associé ces deux démarches. La sophrologie m’a permis d’accroître ma perception du monde, d’accroître la qualité de mes relations humaines et de prendre conscience que mon corps était la « bibliothèque vivante » de toutes mes émotions.

Se connaître et s’accepter tel que l’on est, conduit naturellement à mieux s’affirmer. Progressivement les autres apparaissent dans leur vraie nature et la peur qu’ils inspirent parfois, s’estompe naturellement. Tous les êtres sont alors au même niveau.

Chacun peut prendre sa place, toute sa place et rien que sa place.

Le naturisme comme la sophrologie permettent de connaître les limites de son corps tant dans sa forme que dans ses capacités. L’un comme l’autre permettent à chaque individu d’occuper en toute harmonie, l’espace qui lui est propre au sein de l’univers.

Naturisme et sophrologie seraient-ils deux démarches différentes pour atteindre l’inaccessible étoile ou parvenir à ce paradis perdu qu’Adam et Eve ont quitté, condamnés depuis, à porter le poids de leurs péchés et ... de leurs vêtements ?

 

Alain CHEVALIER-BEAUMEL

Co-Directeur de l’Ecole de Sophrologie du Nord-Est (ESNE)

Membre de la FFN.

 


N.B. « QU’EST-CE QUE LE NATURISME ?  Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisé par la pratique de la nudité en commun, et qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et de l’environnement » – Définition internationale du naturisme, retenue en 1974 par la Fédération Internationale de Naturisme.